Remise en cause de définitions économiques

In: Economie|Science-fiction

11 Juin 2011

L’évolution des technologies  et de leurs usages  remet profondément en cause de nombreux fondements économiques, ou du moins, la façon dont on les utilisent.

Parmi les définitions classiques de l’économie, on trouve celles ayant trait aux principes de « biens et services ». Sans refaire ici un cours (wikipedia vous fournira cela avec par exemple la  typologie de Samuelson ) on peut citer toutefois la notion de bien collectif (ou services) indivisible(s) et non-exclusif(s). Par principe nombre de ce type de biens sont considérés comme relevant typiquement du secteur public.

En effet, comment une entreprise pourrait être rentable ou même possible en gérant, par exemple, l’intégralité du réseau routier d’un pays (y compris, donc, routes nationales,  départementales et communales). Comment investir dans la construction d’une route sans pouvoir facturer les usagers en fonction de leur consommation et sans pouvoir exclure ou contraindre ceux qui ne payent pas ?

D’ailleurs, on le voit bien dans les impôts des contribuables, tout le monde paye indirectement pour ce type de service et seule la gestion des autoroutes a été confiée à des entités privées,  justement car dans ce cas, on pouvait mettre des péages et donc exclure (je ne reviendrai pas ici sur la pertinence d’un tel choix, surtout quand on connait les dérives de ce système de concession…).

Aujourd’hui les technologies de géolocalisation ouvrent la voie à de nouvelles visions. En réalité, on peut techniquement déjà mesurer combien un véhicule a parcouru de kilomètres sur nationale, départementale ou communale. On peut savoir grâce à la géolocalisation, quelles routes ont été empruntées, combien de temps et à quelle allure.

Une application Android comme Runkeeper (il en existe beaucoup d’autres) le fait déjà pour permettre des suivis d’activités sportives. Mais que se passerait-il si demain un gouvernement décidé d’imposer à tous les véhicules (par le biais des constructeurs par exemple) un « mouchard GPS » ?(d’ailleurs certaines choses émergents dans ce sens : ici  presse-citron et ici)  A la fin de l’année vos impôts seraient fonction de l’utilisation que vous avez fait du réseau autoroutier et vos contraventions pour excès de vitesse pourraient très bien ressembler à ça :

« le … vous avez roulé sur une départementale (limitée a 90 Km/h)  à une vitesse de 110 km/h pendant  x kilomètres, votre contravention est de x€ et a été débitée de votre compte le … ».

Le bien devient divisible  et surtout exclusif car il serait techniquement possible d’ordonner à un véhicule dont le propriétaire n’a pas payé ses impôts (ou dont le nombre de points est négatif)  de s’éteindre lorsque il se trouve sur le réseau routier en question.

 

Tout ça pour dire quoi ?

D’abord qu’une société  sécuritaire voire totalitaire et déshumanisée dans la veine de 1984 ou, plus récemment, de La zone du dehors est déjà possible, avec son cortège de perte de libertés, d’asservissement et d’exclusion. Ensuite que dans une telle société l’importance de la culture du hacking serait encore plus grande qu’elle ne l’est aujourd’hui, et que cette forme de résistance est décrite à de nombreuses reprises dans des  ouvrages de SF  dit  « Cyber-punk » (Le Neuromencien par exemple).. Dans La Zone du dehors Damasio définit deux types  de personnes exclues d’une telle société : Forcés et volontaires.

J’ai choisi ici l’exemple des routes mais on peut multiplier les exemples en piochant dans l’oeuvre de Damasio mais aussi de Philip K. Dick avec Ubik : L’éclairage public, les portes automatiques (Dans Ubik le non-paiement de son loyer à un effet immédiat, plus d’accès), les ascenseurs, les parcs, la sécurité ou, plus grave, les bibliothèques.

Dans l’usage que l’on fait d’une technologie, les frontières entre progrès social et perte de liberté sont à la fois floues et mouvantes en fonction des individus. La société et la démocratie auront fatalement à les définir. Où et comment les fixeront t-elle ? L’hack-tivisme pourrait t-il avoir un rôle à y jouer ?

Si vous voyez des exemples et des oeuvres à citer n’hésitez pas à le faire en commentaire.

Comments are closed.

A propos de ce blog

Juste un blog de réflexions sur des sujets économiques, technologiques, stratégiques et sur l'innovation. L'angle de vue est simple: La Science-fiction et les cultures qui en ont émergées sont à la base d'un grand nombre d'innovations et sont des sources d'inspiration potentiels pour de nombreux secteurs et métiers.

SOUTENONS LA QUADRATURE DU NET

Soutenons La Quadrature du Net !

Economie de l’innovation

Urbanisme